Kery James s'explique au sujet des derniers évènements


Non satisfait que je ne réponde pas aux provocations qu'il a diffusées sur internet par le biais d'une vidéo dans laquelle il m'insulte, me menace et m'accuse mensongèrement de l'avoir volé... Le dénommé « BlackVnr » agacé par mon silence et mon refus de répondre publiquement à ses calomnies, a cru judicieux de venir me surprendre dans les locaux de la radio « Générations » alors que je m'apprêtais à enregistrer une émission à laquelle il n'était pas convié.  J'étais donc dans le cadre de mon travail, alors que lui n'avait absolument rien à faire sur les lieux. Malgré l'insistance de la direction de la radio auprès de lui afin qu'il ne se présente pas dans les locaux alors que j'y suis présent ; deux minutes avant que je passe à l'antenne le voilà qui fait irruption dans les locaux de la radio. Je n'ai évidemment pas pensé que celui qui me traitait de « fils de pute », se vantait « de connaître mon emploi du temps », de posséder « des fusils à pompe » et se disait « certain de m'éclater » était venu me féliciter pour la sortie de mon nouveau disque. Ainsi dès qu'il est entré, il a été reçu à la hauteur des menaces qu'il avait proférées publiquement. Je ne lui ai laissé aucune chance de s'en prendre à mon intégrité physique et cela m'a valu une interpellation et une garde à vue de près de 48 heures.  Toute personne raisonnable comprendra que depuis le début de cette histoire « Black Vnr » est mal intentionné. Ce n'est pas un hasard s'il publie une vidéo diffamatoire et agressive une semaine à peine avant la sortie de mon album. Ce n'est pas non plus un hasard s'il tente de pénétrer dans les studios d'enregistrements le jour même de la sortie de mon disque alors que je m'apprête à passer à l'antenne. Un mois auparavant, parce qu'il se montrait menaçant, il avait été interpellé, en mon absence, dans les bureaux de Warner Music France, ma maison de disque. Lorsque les policiers lui ont passé les menottes et l'ont embarqué, il a déclaré aux employés de Warner présents « que c'était bon pour le Buzz ». Ceci démontre clairement son état d'esprit et met la lumière sur ses intentions. Je ne négocie pas avec ce genre d'individu et réclame le droit de défendre mon honneur, mes biens et ma famille. Comme je l'ai dit dans « LETTRE A MON PUBLIC » : J'aime la Paix mais j'aime aussi la Resistance, conscient que la violence peut être la dernière chance d'obtenir la paix... Il y en a trop qui prennent mon honneur pour une serpillère, je patiente mais ma part d'ombre en attente a de quoi les faire taire... Je suis donc en accord avec les propos que je tiens dans ma musique contrairement à ce que vont essayer d'insinuer les détracteurs. S'ils attendent de moi que je me courbe pour que chaque arriviste puisse poser son pied sur ma tête et grimper, alors ils se sont trompés de « pacifiste ». En d'autres termes, même si je ne cherche pas à répondre aux attaques des provocateurs par vidéos interposées, je ne tends pas non plus la joue gauche si ces attaques deviennent physiques et menacent ma personne. Je tiens à préciser que le pourcentage de redevance attribué par Warner Music France et non par moi à « Black Vnr » est le même pourcentage qui a été accordé à Zaho par exemple, alors qu'elle jouit d'une popularité beaucoup plus importante que ce dernier. Je suis vraiment déçu et inquiet de la tournure que prend le rap en France où le manque de talent voudrait être comblé par le scandale et la calomnie. Combien peuvent imaginer ce que je subis comme pressions, tentatives d'humiliation, d'intimidation et de déstabilisation de la part de ceux qui, sans raisons valables, s'autoproclament mes ennemis alors que nous aurions pu être amis... Alors que nous étions amis...  « La Paix à n'importe quel prix n'est plus la Paix » Sincèrement, Kery James

Laisser un commentaire